Click on the flag to choose the language.

S T A T U T S  DU  M II C

 MOUVEMENT INTERNATIONAL DES INTELLECTUELS CATHOLIQUES

 (PAX ROMANA)

 Tels qu'amendés par la 29ème Assemblée plénière tenue en juillet 2004 en Pologne (Cette  traduction  n'est  pas   officielle.)

 

 Chapitre 1 - Dispositions générales

Article 1

Le Mouvement international des intellectuels catholiques (MIIC) est une association internationale de fidèles, dotée d'une personnalité juridique conformément aux articles 298 à 311 et 321 à 329 du droit canon. Il est régi par les lois canoniques applicables en vigueur et par les présents statuts. Il représente aussi une association de la société civile conformément aux articles 60 à 79 du Code civil  suisse.  Son Secrétariat est situé à Genève  en Suisse.

Professeur à la Faculté des Sciences Appliquées de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve, Président du Secrétariat International des Questions Scientifiques du Mouvement International des Intellectuels Catholiques de Pax Romana.

C’était en 1986, il y a juste 30 ans, lors d’un colloque à Rome, que le Cardinal Paul Poupard présenta le couple François Boitel et Sylvie Aullen-Boitel au Professeur Lucien Morren. Une amitié, nourrie par de profondes affinités à la fois scientifiques et spirituelles, devait naître et unir les deux couples Hélène et Lucien Morren et Sylvie et François Boitel-Aullen qui devinrent, en 1990, Membres du Comité du Secrétariat International des Questions Scientifiques (S.I.Q.S.), épaulant Lucien Morren pour l’organisation de réunions, notamment à Paris, et de colloques comme celui de Fribourg, au sein du Mouvement International des Intellectuels Catholiques (M.I.I.C.) de Pax Romana. En 1990, le S.I.Q.S. comptait environ 400 membres dont un grand nombre se répartissait à travers de multiples pays, également en dehors de l’Europe, et le travail de réflexion et de coordination ne manquait pas ; il était même devenu considérable et demandait un grand investissement en énergie et en temps.

Décédé à près de 100 ans, Ramon Sugranyes de Franch a été un pilier de Pax Romana et l'un des fondateurs du MIIC. Son histoire personnelle jette une lumière sur ses convictions et son action, convictions et action qui ne cessent d'inspirer Pax Romana.

Né près de Barcelone en 1911, Ramon fait des études de droit et de lettres et est engagé dans le mouvement des étudiants catholiques durant la République espagnole (1930-1936). Partisan des idées pédagogiques novatrices, il est en même temps collaborateur de divers journaux. Au début de la guerre civile (36-39), ce fervent catholique est opposé à l'esprit de croisade qui anime beaucoup d'évêques et de catholiques espagnols. Ramon décida de partir en exil en France où il milite au sein des Comités pour la paix civile et religieuse, avec Maritain et d'autres intellectuels (Salvador de Madariaga). Durant la 2eme guerre mondiale, il trouve refuge en Suisse où il accompagne le cardinal Vidal i Barraquer – le principal représentant d'une Église opposée au soulèvement militaire du général Franco. Il passe sa thèse et poursuit ses études sur Ramon Llull, grand théologien catalan du Moyen Age, un précurseur du dialogue interreligieux. Ramon enseigna les études ibériques jusqu'à sa retraite à Fribourg (Suisse) où se trouvait alors le secrétariat international de Pax Romana

                Un salut tout spécial à vous, les chercheurs de la vérité, à vous, les hommes de la pensée et de la science, les explorateurs de l’homme, de l’univers et de l’histoire, à vous tous, les pèlerins en marche vers la lumière, et à ceux aussi qui se sont arrêtés en chemin, fatigués et déçus par une vaine recherche.

   In this special edition of our annual publication, Convergence, we are happy to have a summary of key points of reflection in our last Plenary Assembly. The theme, From Indifference to Mercy, Our Commitment? Is a timely and relevant theme for our world today. Ours is a world (and church) in need of mercy. This has been a key insight of Pope Francis’ witness and teaching.
In this issue, we have several important reflections on the theme including theological insights from both Gustavo Gutierrez, OP, the longtime chaplain for our Peruvian
movement and Josep M. Rambla Blanch, SJ. The reflections from the small groups of our leaders show what our movement is doing and where we are called to go.

Session d'ouverture

 

 

 

 

 

 

 

Session d'étude

Comme membres de Pax Romana, nous arriverons à Barcelone, avec notre histoire, nos origines culturelles et nos espoirs pour l'avenir. D'abord, nous voulons prendre le temps d'être ensemble, ce qui est difficile dans la vie ordinaire, et le temps de partager en tant que frères et sœurs, ce qui est important pour nous, et aussi ce qui l’est moins.

Mais c’est aussi un temps de discernement. Nous prendrons le temps d’observer notre mouvement, la façon dont il fait face aux défis du monde dans les différents pays, la manière dont il vit, la manière de l’organiser au futur pour mieux remplir sa mission.

Tout cela est soutenu par deux choses:

- un fil conducteur : passer de l'indifférence à la miséricorde, ce n’est pas qu’une question thématique, mais un changement d'attitude à vivre au sein de Pax Romana,

- une disponibilité à l’écoute de l'Esprit Saint, avec des temps de méditation, de prière commune et de célébration en tant que communauté chrétienne.

A quoi cela nous engage?

Barcelone 28 Octobre - 1 Novembre

Pourquoi ce titre?

En 2015, le pape François faisait remarquer qu'un des défis les plus pressants est de répondre à la «mondialisation de l'indifférence", l'attitude égoïste et indifférente à la souffrance des autres qui a atteint une dimension mondiale. Quelques mois plus tard, il proclamait l’année 2016 année de la miséricorde, que l’on peut considérer comme une réponse à cette attitude d'indifférence. Il s’agit de retrouver la gratuité et la bonté, la relation avec l'autre, seul moyen de découvrir le vrai sens du divin et de l’humain. Cependant, ce processus de transformation de l'indifférence vers la miséricorde exige un engagement, lequel?

Sous-catégories