Click on the flag to choose the language.

Professeur à la Faculté des Sciences Appliquées de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve, Président du Secrétariat International des Questions Scientifiques du Mouvement International des Intellectuels Catholiques de Pax Romana.

C’était en 1986, il y a juste 30 ans, lors d’un colloque à Rome, que le Cardinal Paul Poupard présenta le couple François Boitel et Sylvie Aullen-Boitel au Professeur Lucien Morren. Une amitié, nourrie par de profondes affinités à la fois scientifiques et spirituelles, devait naître et unir les deux couples Hélène et Lucien Morren et Sylvie et François Boitel-Aullen qui devinrent, en 1990, Membres du Comité du Secrétariat International des Questions Scientifiques (S.I.Q.S.), épaulant Lucien Morren pour l’organisation de réunions, notamment à Paris, et de colloques comme celui de Fribourg, au sein du Mouvement International des Intellectuels Catholiques (M.I.I.C.) de Pax Romana. En 1990, le S.I.Q.S. comptait environ 400 membres dont un grand nombre se répartissait à travers de multiples pays, également en dehors de l’Europe, et le travail de réflexion et de coordination ne manquait pas ; il était même devenu considérable et demandait un grand investissement en énergie et en temps.

Décédé à près de 100 ans, Ramon Sugranyes de Franch a été un pilier de Pax Romana et l'un des fondateurs du MIIC. Son histoire personnelle jette une lumière sur ses convictions et son action, convictions et action qui ne cessent d'inspirer Pax Romana.

Né près de Barcelone en 1911, Ramon fait des études de droit et de lettres et est engagé dans le mouvement des étudiants catholiques durant la République espagnole (1930-1936). Partisan des idées pédagogiques novatrices, il est en même temps collaborateur de divers journaux. Au début de la guerre civile (36-39), ce fervent catholique est opposé à l'esprit de croisade qui anime beaucoup d'évêques et de catholiques espagnols. Ramon décida de partir en exil en France où il milite au sein des Comités pour la paix civile et religieuse, avec Maritain et d'autres intellectuels (Salvador de Madariaga). Durant la 2eme guerre mondiale, il trouve refuge en Suisse où il accompagne le cardinal Vidal i Barraquer – le principal représentant d'une Église opposée au soulèvement militaire du général Franco. Il passe sa thèse et poursuit ses études sur Ramon Llull, grand théologien catalan du Moyen Age, un précurseur du dialogue interreligieux. Ramon enseigna les études ibériques jusqu'à sa retraite à Fribourg (Suisse) où se trouvait alors le secrétariat international de Pax Romana

                Un salut tout spécial à vous, les chercheurs de la vérité, à vous, les hommes de la pensée et de la science, les explorateurs de l’homme, de l’univers et de l’histoire, à vous tous, les pèlerins en marche vers la lumière, et à ceux aussi qui se sont arrêtés en chemin, fatigués et déçus par une vaine recherche.