Imprimer
Affichages : 289

Nous, Professionnels catholiques sous les auspices du MIIC Pax Romana, avons décidé de réunir ici en Côte d'Ivoire, à Bingerville, 17 pays africains pour réfléchir sur le thème 'Les professionnels catholiques et l'appel à une bonne citoyenneté en Afrique aujourd'hui'.  Les Professionnels catholiques se sont réunis du 15 au 18 octobre 2018 pour :

- S’examiner eux-mêmes, en particulier sur leur rôle en tant que professionnels catholiques et en tant qu'agents de changement ;

- Élaborer des stratégies pratiques (activités/feuille de route) sur les moyens de " s’organiser " pour faire face aux défis socio-économiques et politiques qui maintiennent en retard le continent.

Nous reconnaissons que le continent africain a fait de grands progrès socioéconomiques et politiques. Cependant, en dépit de ces progrès, le continent reste encore freiné par de nombreux défis sérieux - y compris la corruption, la mauvaise gouvernance, la faiblesse des institutions, l'absence d'emploi - qui ont tous une incidence négative sur le progrès socio-économique et politique du continent.

En répondant aux défis ci-dessus, nous reconnaissons qu'en tant que professionnels catholiques, nous sommes également confrontés à certaines limitations liées à la formation, à la mobilisation, au réseautage, à la communication, à la collaboration avec la hiérarchie de l'Église, à la disponibilité, aux finances, à la responsabilité qui empêchent notre potentiel de répondre pleinement aux besoins de l'Église et de la société.

En tant que catégorie unique de personnes ayant des capacités particulières reçues de leur formation éducative et professionnelle, nous avons la responsabilité et le devoir de travailler pour un monde juste malgré nos limites. Paul, dans sa lettre aux Corinthiens, nous rappelle de mettre ces dons au service du bien commun (1 Corinthiens 12:7). En tant que professionnels chrétiens, Dieu nous a appelés à faire la différence dans ce monde, non seulement en prêchant, mais en travaillant pour apporter la justice et la paix dans la société. 

De plus, en tant que professionnels catholiques, témoins vivants de l'Évangile, nous sommes invités à participer à la vie de l'Église et du monde. Dans Christi fideles Laici, le Pape Jean-Paul II a demandé aux fidèles laïcs " de ne jamais renoncer à leur participation à la " vie publique "[1] ". Pour promouvoir l'intégrité dans l'administration des biens temporels de l'Église, Benoît XVI, dans l'Exhortation apostolique Africae Munus, conseille aux évêques de ne pas hésiter à demander l'aide de professionnels dans ces termes : « N'hésitez pas à demander l'aide d'experts en audit, afin de donner l'exemple aux fidèles et à la société dans son ensemble ». Lors de la récente assemblée plénière de l'AMECEA, les évêques se sont engagés à travailler à la construction d'un réseau régional de professionnels catholiques pour partager les meilleures pratiques en matière d'intégrité, d'audit, d'association des laïcs à la gouvernance et le leadership des institutions ecclésiales.

Nous reconnaissons que notre fondement spirituel est notre engagement envers le Christ et donc un appel au service. Nous croyons profondément qu'être un professionnel chrétien ne nous rend pas plus professionnels, mais cela fait de notre profession une expression de la présence du Christ dans la situation humaine dans laquelle nous vivons. Une partie importante de ce témoignage est le fait que Jésus-Christ est le seul chemin vers le salut, pas seulement un parmi tant d'autres.

 Ainsi, préoccupés par la conversion de l'esprit et de l'âme, nous nous engageons à ce qui suit :

 Notre engagement dans cet appel exige que nous soyons bien organisés dans nos structures. Nous croyons qu'il est impératif de renouveler et de repenser les structures actuelles du MIIC-Pax Romana. En tant que mouvement, nous devons continuer à renforcer nos méthodes de communication et nos structures de leadership aux niveaux national, régional et mondial.

Nous devons être un mouvement autonome. Pour qu'un mouvement comme le nôtre puisse influencer la société et l'Église, il doit avoir l'indépendance humaine et financière nécessaire pour remplir son mandat. Cela exige des stratégies novatrices de mobilisation des ressources qui mettent l’accent sur l'importance des contributions volontaires et des initiatives génératrices de revenus.

La mobilisation et la fidélisation stratégiques des membres doivent être prioritaires : Les jeunes professionnels et les anciens membres du MIEC-Pax Romana restent les principales sources d'adhésion. Dans Evangelli Gaudium, le Pape François met toute l'Eglise au défi de devenir missionnaire, d'aller au-delà de nous-mêmes et d'annoncer l'Evangile aux marges.  De nombreux jeunes professionnels ont du mal à s'adapter au monde du travail quand ils passent du monde de l'éducation à celui de l’emploi. Ils recherchent des mentors pour les aider à faire cette transition. C'est un grand défi pour nous en tant que mouvement. Nous mettrons à profit nos relations actuelles avec des mouvements de jeunesse tels que le MIEC et d'autres associations professionnelles pour trouver des membres. Travailler ensemble en vue du centenaire de Pax Romana en 2021 nous offre l'occasion de renouveler cette relation.  

 Il est impératif d’approfondir notre collaboration avec les institutions ecclésiales. Nous devons établir une présence dans les petites communautés chrétiennes, les paroisses et les diocèses. Nous devons nous mobiliser et nous organiser au niveau national à travers l'apostolat laïc national. Il est important que nous nous mobilisions et organisions les relations avec les conférences épiscopales régionales.  Nous offrons une voix unique représentative des sans-voix. Cela reste le meilleur travail pour soutenir l'Église. Nous devons continuellement construire et maintenir notre relation avec les responsables de l'église, de la paroisse jusqu'au niveau régional.

Notre collaboration devrait s'étendre à l'extérieur de l'Église. Nous devons rechercher la collaboration avec les institutions nationales, régionales et internationales impliquées dans la gouvernance mondiale et le développement humain. Nous avons la chance d'avoir acquis une réputation au sein de l'ONU en tant qu'ONG dotée d'un statut consultatif. Nous devons continuer à tirer un meilleur parti de ces plateformes pour générer des connaissances, influencer les enjeux et les processus afin de permettre un changement significatif fondé sur la foi. 

Nous devons renforcer sans cesse la spiritualité de nos membres par une formation  appropriée. Nous devrions nous préoccuper de notre âme intérieure avant de nous lancer dans le regard extérieur, ce qui est tout aussi important. Nous devons collaborer avec les conférences épiscopales locales et régionales pour élaborer un manuel pour la formation de nos membres. Cela aidera l'ensemble du mouvement à conserver et à maintenir son effectif. 

En tant que personnes compétentes et expérimentées, nous reconnaissons que nous sommes dans une position privilégiée et que nous avons la possibilité de mettre notre expérience au service de la mission de notre mouvement et de l'Eglise dans le monde. Notre intelligence et notre imagination sont des instruments donnés par Dieu pour générer des connaissances et des solutions aux défis locaux et mondiaux. Cela exige un sens unique de discernement, d'analyse et de réflexion pour voir où Dieu nous appelle et pour agir dans le monde et dans nos vies. Nous travaillerons avec les universités, l'Eglise et les organisations/mouvements communautaires pour répondre à notre appel.

Nous nous engageons à répondre à l'appel à travailler pour une société juste. Nous appelons l'Église à utiliser les vastes dons des professionnels pour témoigner de Jésus.

Nous appelons tous les professionnels de l'Église catholique à venir et à utiliser leurs dons pour servir l'Église et la société.  Nous exhortons nos membres et chacun d'entre nous à promouvoir la paix, la stabilité et le développement de nos pays et de notre continent.

Nous renouvelons notre engagement à démontrer les vrais principes de notre foi dans toutes les sphères de notre vie. Nous nous engageons fermement à continuer à apporter notre soutien à l'Église, aux personnes et à la société par le professionnalisme, l'intégrité, la responsabilité, la conduite éthique et l'utilisation d'une approche fondée sur les droits humains pour garantir que nos engagements favorisent la dignité humaine.

Nous demandons à Dieu de raviver en nous tous le don d'être le sel de la terre et la lumière du monde.

 

 

 

 

[1] John Paul II, Apostolic Exhortation Christifideles Laici, 30th December 1988.  p. 69.

[2] Pope Benedict XVI. Post-Synodal Apostolic Exhortation Africa Munus, 2011, pg. 53