Click on the flag to choose the language.

Chers amis, chers tous,

Je vous invite à visiter l’histoire chronologique des 70 ans du Conseil de l’Europe ainsi que les différentes commémorations de cet anniversaire avec le lien suivant :
 
 
Bien amicalement,
Philippe GROLLEAU

+33 6 07 79 11 34
Délégué permanent de Pax Romana
auprès du Conseil de l'Europe

image001.png

Femme et franc-parler :

Le double fardeau qui pèse sur les femmes défenseurs des droits humains et journalistes

Réponses de l'Arménie, de la Russie et de la Turquie

Événement parallèle

13h00-14h00, 1er octobre 2019

Salle 2, Palais de l'Europe

Voir la pièce jointe ...

Forum mondial de la démocratie 2019

Information : la démocratie en péril ?

Strasbourg, 6-8 novembre 2019

Le Forum mondial de la démocratie 2019 sera consacré à l'information et à la démocratie. Le Forum se tiendra à Strasbourg du 6 au 8 novembre 2019
 
La participation à cet événement est gratuite. Veuillez noter que les dépenses de visa, voyage et hébergement sont à votre charge et sous votre responsabilité.
 
Pour le détail du programme et le formulaire d'inscription rendez-vous sur : https://www.coe.int/fr/web/world-forum-democracy

 

Strasbourg, 16 septembre 2019

« Sexisme : Vois-le. Dis-le. Stoppons-le » - Nouvelle initiative du Conseil de l’Europe

https://go.coe.int/gRmCF

 

En mars 2019, le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe a adopté une nouvelle Recommandation sur la prévention et la lutte contre le sexisme. Non seulement ce texte contient la toute première définition du sexisme admise à l’échelle internationale, mais il propose aussi un ensemble de mesures concrètes pour lutter contre ce phénomène très répandu.

 

Le sexisme est présent dans tous les domaines de la vie : les femmes se font siffler dans la rue, on les ignore dans les réunions de travail, et dans les jeux vidéo, les garçons sont bombardés d’images mettant en scène des héros agressifs, auxquels ils s’identifient. Le sexisme s’exprime aussi lorsque des élues reçoivent des commentaires sur la longueur de leur jupe plutôt que sur leur dernier rapport parlementaire. L’accumulation des comportements sexistes peut aboutir à l’acceptation de la discrimination, voire de la violence.

 

Le Secrétaire Général Thorbjørn Jagland a déclaré que « Personne ne devrait être traité différemment en raison de son sexe. C’est un principe fondamental que nous sommes encore loin de respecter dans la pratique. Par ses initiatives visant à prévenir et à combattre le comportement sexiste, le Conseil de l’Europe exprime la volonté que les femmes et les hommes, les filles et les garçons soient traités sur un pied d’égalité. »

 

Le sexisme est un comportement nocif qui est à l’origine de l’inégalité entre les femmes et les hommes. Il fait naître un sentiment d’inutilité, incite à l’autocensure, provoque des changements comportementaux et porte atteinte à la santé. Le sexisme touche les femmes et les filles de façon disproportionnée. Certains groupes de femmes, comme les femmes politiques, les femmes journalistes, les défenseures des droits des femmes et les jeunes femmes, peuvent y être particulièrement vulnérables. Mais le sexisme peut aussi toucher les hommes et les garçons qui ne sont pas conformes aux rôles que la société leur assigne. De surcroît, les conséquences du sexisme peuvent être plus lourdes pour certaines femmes et certains hommes en raison de l’origine ethnique, de l’âge, du handicap, de l’origine sociale, de la religion, de l’identité de genre, de l’orientation sexuelle et d’autres facteurs. 

 

Pour traiter ces questions et encourager l’application intégrale de la Recommandation, le Conseil de l’Europe vient de mettre en ligne une vidéo et une pageconsacrée à cette initiative, sous le mot-dièse #stopsexism et le slogan « Sexisme : Vois-le. Dis-le. Stoppons-le » L’objectif est d’aider le grand public à repérer les actes de sexisme et à prendre position contre ces comportements.

 

Plus d’information sur l’action menée par le Conseil de l’Europe pour prévenir et combattre le sexisme

Contact

Panos Kakaviatos,Porte-parole/Attaché de presse, tél. + 33 3 90 21 50 27

Council of Europe, Media Assistance / Assistance aux médias
Tel. +33 (0)3 88 41 25 60 - www.coe.int - 

Chers amis membres de Pax Romana,

Veuillez trouver ci-après une consultation sur le droit des enfants lancée par la Présidente de la Conférence des OING au Conseil de l'Europe.

J'invite tous ceux parmi vous qui êtes actifs dans le domaine des droits des enfants à répondre directement à cette consultation et à m'en informer.

Merci. Bien cordialement,

Philippe GROLLEAU

+33 6 07 79 11 34
Délégué permanent de Pax Romana
auprès du Conseil de l'Europe

 

Chers/chères représentants/es et membres d’OING, chers/chères collègues,

Les 13 et 14 novembre 2019, le Conseil de l'Europe, sous la présidence française du Comité des Ministres, tiendra la Conférence sur les droits de l'enfant qui marquera le 30e anniversaire de la Convention des Nations Unies sur les droits de l'enfant (CNUDE) et entreprendra l’évaluation à mi-parcours de la Stratégie du Conseil de l'Europe sur les droits de l'enfant (2016-2021). Dans ce lien, vous trouverez des détails sur l'événement et le programme provisoire.

En préparation de la contribution de la Conférence des OING à cette conférence, nous vous invitons à remplir le questionnaire suivant :

https://forms.gle/mmePWysC4FqTGNLD8

Les informations seront traitées anonymement et les résultats seront présentés sous forme agrégée. Notre objectif est de donner un aperçu de la perception des OING et des ONG membres de la Conférence des OING, actives dans le domaine des droits de l'enfant, des progrès accomplis à mi-parcours par la Stratégie au sein des Etats membres du Conseil de l’Europe et des défis à venir auxquels le domaine des droits de l'enfant est actuellement confronté.

Le temps estimé pour remplir le questionnaire est de 35 minutes. Nous apprécierions beaucoup votre contribution d'ici le lundi 30 septembre 2019. Veuillez transmettre cette information à vos membres, collaborateurs ou partenaires actifs dans la promotion des droits de l’enfant, en indiquant que nous souhaitons recueillir les contributions d’ONG actives au niveau local, national ou international. Pour des informations supplémentaires, des questions ou des éclaircissements concernant cette consultation, veuillez contacter Cristina Rigman, représentante de la Conférence des OING à cette conférence, .

Nous vous remercions de votre contribution et de votre soutien.

Bien cordialement,

Anna Rurka

Présidente de la Conférence des OING

Marija Pejčinović Burić élue Secrétaire Générale du Conseil de l’Europe

 

L'Assemblée a élu aujourd'hui Marija Pejcinovic Buric (Croatie) Secrétaire Générale du Conseil de l’Europe pour un mandat de cinq ans qui débutera le 18 septembre 2019.

Au premier tour de l'élection, Marija Pejcinovic Buric a obtenu 159 voix (majorité absolue) et Didier Reynders (Belgique) 105 voix. Il y a eu 264 suffrages exprimés.

Mme Pejcinovic Buric est Vice-Première ministre et Ministre des Affaires étrangères et européennes de la République de Croatie.

Résultat du vote, Curriculum vitae de Mme Marija Pejcinovic Buric

 

L’APCE ratifie les pouvoirs de la délégation russe

 

L’APCE a voté en faveur de la ratification des pouvoirs de la délégation russe suite à leur contestation, pour des raisons substantielles, le deuxième jour de sa session plénière à Strasbourg – soulignant qu’elle souhaitait « maintenir le dialogue comme moyen de parvenir à des solutions durables ».

En contrepartie, l’Assemblée a appelé les autorités russes à mettre en œuvre une série de recommandations récentes de l’Assemblée, notamment à libérer des marins ukrainiens, à coopérer pour traduire en justice les responsables de la destruction du vol MH17, et à prendre des mesures pour mettre fin aux violations des droits des personnes LGBTI, en particulier en République tchétchène.

Dans une résolution adoptée sur la base d’un rapport de Sir Roger Gale (Royaume-Uni, CE), les parlementaires ont souligné que l’Assemblée était un endroit où « un dialogue politique sur les obligations de la Fédération de Russie en vertu du Statut du Conseil de l’Europe, pouvait avoir lieu avec la participation de toutes les parties intéressées » et où la délégation russe pouvait être invitée à « rendre des comptes » sur la base des valeurs et des principes de l’Organisation.

L’Assemblée a déclaré qu’elle s’attendait à ce que son « offre sans équivoque de dialogue » soit réciproque et aboutisse à des résultats concrets. Elle s’est engagée à discuter d’un rapport sur le respect des obligations et engagements de la Russie au plus tard d’ici la partie de session d’avril 2020.

Vote sur la résolution, Page web de la session, Résolution adoptée

Les parlementaires russes vont pouvoir faire leur retour mardi à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. En réponse, Kiev suspend sa participation aux travaux de l’organisation paneuropéenne de défense des droits de l’Homme.

.../...

L’ambition d’Emmanuel Macron est de démontrer dans la crise ukrainienne que l’Europe a un rôle géopolitique à jouer - surtout conduite par le tandem franco-allemand.

 

Lire l'article issu de la Matinale des DNA ce matin, en pièce jointe.

les pouvoirs de la délégation russe contestés

Les pouvoirs de la nouvelle délégation russe auprès de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), présentés ce matin lors de la deuxième journée de la session plénière d'été à Strasbourg, ont été contestés pour des raisons à la fois substantielles et formelles.

Nino Goguadze (Géorgie, CE), contestant les pouvoirs pour des raisons substantielles, a évoqué le « manquement persistant de la Russie à ses obligations et à ses engagements ». La contestation était appuyée par au moins trente membres de l'Assemblée présents dans l'hémicycle et appartenant à au moins cinq délégations nationales.

Volodymyr Ariev (Ukraine, PPE/DC), contestant les pouvoirs pour des raisons formelles, a évoqué des irrégularités dans la composition de la délégation. Il était soutenu par au moins dix membres de l'Assemblée présents dans l'hémicycle, appartenant à au moins cinq délégations nationales.

Les contestations des pouvoirs ont été renvoyées, sans débat, aux commissions compétentes pour rapport à l'Assemblée, qui examinera la question demain à 15 h 30, à l'ouverture de la séance de l'après-midi.

Les membres de la délégation russe ont le droit de siéger à titre provisoire avec les mêmes droits que les autres membres, jusqu'à ce que l'Assemblée ait pris une décision, mais ils ne peuvent pas voter pour leurs propres pouvoirs.