Imprimer
Affichages : 651

Conclusion de la rencontre de Bruxelles dès 11 et 12 mai 2019.

1 Nous avons une mission commune : l’évangélisation, c’est à dire l’humanisation dans l’esprit dans l’Évangile ou dans la perspective du royaume de Dieu : une société où la dignité humaine respectée, où les frontières entre les personnes sont abolies. Par exemple la Joci soutient la dignité de jeunes qui travaillent dans une entreprise comme Fatima à Lahore, la Fimarc crée des relations entre les générations de paysans au Sénégal.

2 Cette mission est un service à la société, à l’église et à nos membres, mais elle est peu reconnue. Nos mouvements ont l’impression d’être nulle part. Par exemple le Midade n’a pas été consulté sur les abus sexuels sur les enfants. On ne peut pas continuer dans une situation où nos responsables s’investissent énormément pour si peu de visibilité. Ou nous ne sommes pas pertinents et il vaut mieux s’arrêter, ou nous sommes pertinents et il faut se développer.

3 Beaucoup ne nous connaissent pas vraiment. Pour se développer, il faut donc renforcer la connaissance mutuelle avec tous nos partenaires actuels ou potentiels, les ONG, les institutions politiques nationales ou internationales, les bailleurs de fonds, les églises et nos mouvements au niveau national, avec une attention particulière mais pas exclusive pour ceux qui nous sont proches.

4 Dans ce but nous rédigeons pour fin Juillet un argumentaire pour mieux identifier notre contribution spécifique. Par exemple certains pensent qu’un étudiant catholique doit assister aux cours et aller à la messe, mais le Miec Pax Romana défend qu’il est aussi essentiel d’avoir un espace d’écoute et de parole, pour mieux discerner comment vivre cette période. Les rencontres avec nos partenaires sont une occasion d’approfondissement de notre spiritualité de l’action et de possibles nouvelles coopérations.

Les Miacs sont les 10 mouvements internationaux d'action catholique spécialisée: MMTC, JOCI, CIJOC, FIMARC, MIJARC, JECI, MIIC Pax Romana, MIEC Pax Romana, MIAMSI, MIDADE,