Click on the flag to choose the language.

europeinfos #182- mai 2015

 

Lancement d'initiatives concrètes par les organisations chrétiennes pendant la COP21, qui se déroulera à Paris en décembre 2015, en vue d'encourager les dirigeants à prendre des engagements fermes à l'encontre du changement climatique.

 

unknown La CIDSE est une alliance internationale de 17 organisations catholiques de développement qui collaborent en vue de l'établissement d'une justice mondiale. De son côté, Caritas International est un réseau composé de 165 organisations, œuvrant pour un monde de paix, de solidarité et de justice. Le réseau fournit de l'aide aux victimes des guerres, des catastrophes naturelles et de la misère ainsi qu'aux migrants. La CIDSE et Caritas International ont publié conjointement en novembre 2014 une déclaration intitulée : "Les organisations catholiques internationales se mobilisent face au changement climatique". Ce texte est un vibrant appel à l'action, lancé aux gouvernements et aux organisations internationales, afin qu'ils réagissent rapidement et efficacement pour relever les défis du changement climatique.

 

 

La déclaration est organisée en quatre parties. La première affirme que 2015 doit être l'année décisive où seront pris des engagements en faveur des générations futures. Ces accords doivent inclure : a) la signature d'un accord décisif contraignant, sous l'égide de la Convention Cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC), en décembre 2015 à Paris; b) des engagements ambitieux d'ici 2020, qui puissent assurer une réduction  de 25 à 40% des émissions des pays développés, qui se traduirait, avec une probabilité de 50%, par une augmentation des températures mondiales moyennes ne dépassant pas les 2°C ; c) un nouvel accord sur les objectifs de développement durable (ODD) après 2015, mettant l'accent sur la lutte contre la pauvreté et la stimulation du développement durable et assorti de mesures énergiques pour combattre les changements climatiques ; et d) la recherche de la cohérence entre l'action pour le climat et la réduction des risques de catastrophe. La CIDSE et Caritas International soulignent la nécessité d'une coopération et d'un financement suffisants pour assurer un développement durable.

 

La deuxième partie de la déclaration met en évidence la vulnérabilité des pauvres devant le changement climatique. En troisième partie de leur analyse, la CIDSE et Caritas International soulignent que le modèle de développement fondé sur la croissance économique et reposant essentiellement sur la consommation d'énergie fossile, est la principale cause du changement climatique. Les deux organisations suggèrent également dans cette troisième partie d'appliquer à ce débat certains principes de la doctrine sociale de l'Eglise : une vision sacramentelle de l'univers ; un respect systématique de la vie humaine, qui s'étend au respect de toute la création ; une vision du monde affirmant la valeur éthique de l'interdépendance mondiale et du bien commun ; une éthique de la solidarité promouvant la coopération et une structure de partage juste, au sein de la communauté mondiale ; une conception du but universel de la création qui exige une utilisation équitable des ressources de la terre ; une option préférentielle pour les pauvres ; une conception du développement authentique, qui tend vers un progrès respectant la dignité humaine et les limites de la croissance matérielle. La quatrième partie de la déclaration exprime l'urgence et les opportunités offertes par les actions effectuées en 2015.

 

Les actions concrètes promues par les organisations chrétiennes

De nombreuses initiatives promues par des groupes chrétiens sont prêtes à être lancées afin de renforcer la sensibilisation de la population à l'occasion de la COP21. Cet article met l'accent sur deux d'entre elles, pour montrer simplement leur créativité et le lien avec l'expérience religieuse : il s'agit du jeûne et du pèlerinage.

 

Jeûner pour agir sur le changement climatique

En jeûnant une fois par mois, les citoyens individuels ainsi que 18 réseaux et organisations comprenant des communautés de foi, des groupes de jeunes et des défenseurs de l'environnement témoignent de leur solidarité vis-à-vis des victimes du changement climatique. Il s'agit de montrer la force de l'engagement et de lancer un appel aux dirigeants du monde entier pour qu'ils agissent afin de mettre fin à la crise climatique. Les personnes qui souhaitent participer individuellement à cette action sont invitées à s'inscrire sur le site web : Le jeûne pour le climat.

 

La campagne a été inspirée par le délégué philippin Yeb Sano à la conférence des Nations Unies sur le climat à Varsovie, la COP19, après que le typhon Haiyan ait dévasté son pays en novembre 2013. Il a proclamé une période de jeûne pendant la Conférence, en solidarité avec son pays. La Fédération luthérienne mondiale (FLM) a répandu cette initiative.

 

Il y a différentes façons de jeûner, de se priver volontairement de quelque chose : le jeûne de nourriture, le jeûne de production et de consommation de carbone, le jeûne du gaspillage de la nourriture, etc. Vous pouvez témoigner de votre façon de jeûner sur le site web ci-dessus.

 

Un pèlerinage de paix et de justice climatique

Le pèlerinage de paix et de justice climatique est une campagne qui est déjà active dans toute une série de groupes en Europe, en Afrique et ailleurs afin d'exprimer leur solidarité avec les victimes du changement climatique. Les citoyens sont mobilisés par les organisations chrétiennes qui représentent les membres du Conseil œcuménique des Eglises (COE). Ce Conseil exhorte les dirigeants du monde entier à arriver à un accord universel et juridiquement contraignant sur le climat à la COP21.

Zoé Van Obberghen

JESC

 

Version originale de l’article : anglais

Vous n'êtes pas autorisé à poster des commentaires