Imprimer
Affichages : 2192

“La dimension missionnaire doit caractériser toutes les structures de l’église, et également la curie romaine”: Le Secrétaire d’Etat du Saint siège, cardinal Pietro Parolin, a rencontré aujourd’hui au Vatican les membres du Secrétariat du Forum International d’Action Catholique et a exprimé son appréciation pour les objectifs de coopération ecclésiale internationale qui caractérisent le programme du Fiac: une AC en salida (en sortie).

 

Le Secrétariat du Fiac s’est réuni à Rome pendant ces jours pour mettre au point l’agenda des engagements qui feront l’objet du parcours des prochaines deux années. Ont participé 30 responsables et aumôniers nationaux des 5 Pays de l'organisme de coordination du Fiac – Argentine, Italie, Roumanie, Espagne et Burundi/Rwanda – qui se rencontrent pour des sessions de travail, unitaires et divisées selon l’âge.

Le coordinateur du Fiac et président de l’Action Catholique Argentine, Emilio Inzaurraga, accompagné de l’aumônier du Forum Mgr Mansueto Bianchi, a présenté les diverses activités qui engagent les associations d’AC des 50 Pays du Fiac, du soutien aux chrétiens de Terre Sainte aux propositions missionnaires et formatives pour les jeunes des pays de l’Afrique Centrale et de Burundi et Rwanda marqués pas les conflits inter-ethniques, à l’expérience Agorà  des jeunes de la mer noire qui la prochaine année se tiendra en Georgie.

“Nous vivons dans un monde marqué par des conflits et déchirements- a affirmé le cardinal Parolin -. Pour construire un monde de paix il faut surtout réconcilier les différences”. En effet: “Les différences sociales, culturelles, politiques et religieuses qui caractérisent le pluralisme de nos contextes, tendent à nous mettre en opposition et à se transformer en conflits”. 

“Le défi pour les chrétiens– a souligné le Secrétaire d’État– consiste à faire converger les différences dans une unité supérieure. Il s’agit d’une tâche confiée surtout aux laïcs dont la vocation, a rappelé le cardinal Parolin, “ainsi que le Concile Vatican II a affirmé, est l’animation des réalités temporelles, la vie dans le monde”. 

Dans un monde où s’affrontent d’un côté la sécularisation et de l’autre la “manipulation de la religion” instrumentalisée à d’autres fins, la seule manière d’évangéliser et d’être des “témoins attractifs”, a affirmé le Secrétaire d’État est de “susciter des questions dans le cœur des hommes auxquelles répondre avec notre vie, dans le dialogue, avec respect et délicatesse ”. “C’est un monde – a dit le cardinal Parolin – qui souffre et cherche des réponses et si nous sommes chrétiens nous avons les réponses. Si nous nous mettons au service des autres, nous construisons quelque chose de bon”.

La rencontre de plus d’une heure s’est tenue dans la Salle des Traités ainsi appelée par ce qu’elle accueille la signature officielle des accords entre le Saint Siège et les autres Pays, même si – a souligné le Secrétaire d’État - “Les accords valent tant quil y a la bonne foi et la volonté de les garder. Nous y croyons encore et c’est pour cela que nous travaillons”.

“Réconcilier les différences” et se mettre au service de l’unité même à l’intérieur de l’Église, oeuvrant pour la collaboration entre les mouvements: telles ont été les consignes confiées par le Secrétaire d’État au Forum International d’Action Catholique. “Quand j’étais un enfant – a dit le cardinal Parolin qui a cité par coeur les paroles de l’hymne National des Aspirants de l’Action –, l’AC était l’unique association ecclésiale. Aujourd’hui il y a beaucoup de mouvements et ayant surmonté les difficultés du début, reste le défi de l’unité au service de l’unique mission de l’Église”.  “Je dirai au Pape François – a affirmé le il cardinal Parolin en saluant cordialement tous les présents – qu’il peut compter sur vous et sur l’Action Catholique toute entière”.

Les travaux du Secrétariat se termineront demain, dimanche 29 mars, avec la participation à la Sainte Messe du Dimanche des Rameaux et de la 30ème JMJ diocésaine présidée par le Pape François à la Place de Saint Pierre.